¤ Les Royaumes d'Albion ¤

*¤* Le Monde est une Histoire. Et elle se joue ici... *¤*
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Orée de la forêt... douce mélancolie...

Aller en bas 
AuteurMessage
Charis
Banfàith/Nymphe d'Illusion
Charis

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeJeu 31 Mai - 15:44

Fait il vraiment froid quand on sent la neige contre sa peau ? Ou n'est-ce qu'une illusion ? Fait il vraiment chauf quand les rayons de l'ardent soleil effleurent un visage pâle ? Ou n'est-ce qu'une illusion ? Si l'oin part du principe que tout est illusion, l'illusion elle même devient elle réalité ? Ainsi, une mémoire tortueuse pourrait penser qu'un chat a neuf queues. Forcément, aucun chat a huit queues. Or un chat a une queue de plus qu'aucun chat. Donc, par simple déduction méthématique, un chat a neuf queues.
Les mathématiques ne sont que des illusions.
Voici la dernières conclusion.

Une jeune femme d'une beauté fragile éclata de rire sous les nuages menaçant. Son visage était en partie caché sous une capuche. Son rire à la fois chaleureux et cristallin s'éleva dans les airs. Charis n'était, aux yeux des hommes, pas un canon de beauté. Forcément ! Elle ne se balaidait pas en petite robe comme la courtisane de Siawn ! Charis eut un mouvement de dégout. A quoi pensaient ces demoiselles, qu'elle appelait affectueusement "les Légumes" ? Sentir le regard envieux des hommes la répugnait. Elle ne voulait pas être aimée pour un corps sans âme. Elle avait une âme. Elle était un être pensant. La plupart de la liberté s'élevait dans sa musique, dans ses chansons. Le son était pourtant pour elle une ilusion.

"Au moins ! j'ai l'illusion de la Liberté !"

Elle avait parlé fort sans le vouloir et se mordit la lèvre. Si quelqu'un l'avait entendu, personne ne comprendrait... Tsss. Etait-il donc si idiots ? La jeune amnésique secoua la tête. Non. Elle ne devait pas penser cela. C'était eux qui la nourriçait. Elle grimaça. Dans un certain sens, elle était leur esclave.
Esclave. Ce mot la répugnait...

La jeune femme serra les quelques pièces de bronze qu'elle cachait dans une bourse elle même cachée dans ses vêtements. Elle était habillée légèrement, mais ne voulait pas que ses vêtements dessinent son corps. On pourrait la penser idiote. Mais tant pis. Bien qu'elle voulait bien un jour, finir dans les bras d'un homme. Elle secoua la tête.

Charis sentit venir quelqu'un dans son dos.
La jeune banfàith se retourna brusquement. Cette personne avançait vers elle. Veillant à laisser une distance de sécurité, elle lâcha sèchement une phrase.

"Qui que vous soyez restez là. Qu'est-ce que vous me voulez ?"

Dans l'obscurité de la nuit, elle ne voyait pas qui c'était. Un hibou hulula au loin. La faible lueur de l'astre nocture était altérée par les nuages. Mais Charis n'avait pas peur. Au moins, elle ne verrait pas si l'homme ou la femme avait des vêtements rayés.
Revenir en haut Aller en bas
Alatáriël Telrúnya
Espionne, empoisonneuse et dame de ciompagnie de Siawn Hy /Nymphe de la Foudre
Alatáriël Telrúnya

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 25/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeJeu 31 Mai - 16:17

Ce que Charis avait pris pour des pas humains n'étaient autres que ceux de trois cadavres n'acceptant pas leur mort qui rampaient dans le froid en quête d'une piste. Ils en avaient enfin une et ils rampaient avec lenteur jusqu'aux pieds de la bànafaith en faisant rouler des yeux inexistants dans de lourds orbites vertigineusement vides. Ils ne parlaient pas, mais ne faisaient que respirer lourdement de leurs bronches abimées en espérant que leur maîtresse leur laisserait chasser à leur guise. Un éclair tomba non loin de Charis et un bruit épouvantable se fit entendre.
Ce ne fut pas le Diable en personne qui arrivait, mais on ne pouvait douter sur la nature d'Alàtariël. Tête haute, bouche relevée elle se trouvait maintenant à disance relativement peu éloignée de la Nymphe des Illusion, perchée sur sa monture d'une monstruosité hors paire qui maintenant bavait par filets incessants aux pieds de la jeune femme. La Telrùnya sourit de surprise de faire cette trouvaille pour le moins inatendue et elle inspira fortement l'air avant de poser à terre son bâton. Le visage de la Dryade morte gravé à l'intérieur semblait hurler plus que de coutume, mais cette fois-ci c'était pour inciter Charis de prendre la fuite sans plus attendre.
La Bergère des Ames Perdues décrocha de sa ceinture une gourde banale en peau de chèvre et en but quelques gouttes d'eau fraîche avant de tendre cette dernière à l'Illusionniste.

-Je pense qu'il n'est pas bon pour vous de rester ainsi dans le froid.

La Nymphe de la Foudre regarda les trois goules affamées d'un mauvais oeil et leur lança au loin un os encore sanguinolant de cuisse de boeuf qu'elle avait abbatu en chemin. Les monstres puants se la batirent un moment, mais en fin de compte ils trouvèrent un arrangement et tandis que le premier mangeait le côté droit et le second le milieu, le troisième se contentait du côté gauche.
Alàtariël était mauvaise, mais point méchante envers les créatures qui ne l'avaient point piquée. A vue de nez, l'intercolutrice immaculée n'avait rien de bien Meldroniesque mais son air fragile plut à la Louve. de plus, elle avait bien quelques indications à demander aux voyageurs or les passagers à cette heure tardive se faisaient bien rares.
Nonchalament, Alàtariël regarda aux alentours et vit quelques hordes de loups affamés tourner sur les hauteurs de la forêt. Ces derniers, sentant l'odeur d'un membre de la Horde ne s'approchaient pas et attendaient que la Telrùnya fasse son départ pour s'abbatre sur ce qu'il leur resterait comme proie. Les temps étaient durs même pour eux et leurs crocs diaphanes manquaient affreusement de sang.

-Axotine ! Couché !

L'une des goules puantes s'était approchée pour saisir discrètement le pan de la robe de Charis, heureusement arrêtée à temps par sa maîtresse. Cette dernière leva le nez au ciel. Finalement, le temps se mettrait peut-être à la pluie plus tôt que prévu pour son plus grand contentement. La Foudre allait enfin pouvoir occasionner des ravages irréparables.
Revenir en haut Aller en bas
Charis
Banfàith/Nymphe d'Illusion
Charis

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeVen 1 Juin - 16:45

La question de Charis demeura dans l'air un instant avec pour seule réponse un rythme respiratoire saccadé. La jeune femme n'avait pas peur, loin de là. Elle était juste anxieuse, et fronça légèrement les sourcils. Qui que ce fut, cette personne n'était guère polie. Et pour cause. Un éclair toucha l'être et un bruit épouvantable fit grimacer la banfàith qui n'aimait pas les sons sans harmonie. La mémoire de Charis ne perdit pas de temps : il y avait quelque chose qui clochait affreusement dans tout cela. Pourquoi un éclair ? Peut être à cause de l'orage qui se pointait doucement. Ce serait une hypothèse tout à fait pausible si l'éclair en question était vertical, et non pas horizontal comme elle venait de le voir. Evidemment, la jeune femme finit bien par se demander qui en était l'auteur, et sa mémoire lui rappella que les Nymphe de Foudre existaient.
Ne sont elles aussi que des Illusions ?
Charis secoua légèrement la tête. Ce n'était pas le plus important. Enfin, Charis se doutait bien que la personne qui venait de tuer le ou les monstres - car manifestement c'était des monstres - se moquait bien de savoir qu'une nymphe d'illusions se demandait si elle était ou non une illusion. La jeune femme connaissait la phrase : " Croyez vous vraiment que cela est d'une importance majeure ?" Charis aurait bien répondu "oui", mais manifestement, ce n'est pas le genre de questions qui attendent une réponse.
Quelle qu'elle soit.
Or donc, la personne dont nous parlons depuis un moment fit son apparition. Charis avait vu juste : une nymphe de foudre. Et par n'importe qui, Alatàriel Telrùnya en personne. La banfàith se mordit pensivement la lèvre. Elle ne bougea pas quand la nymphe lui tendit la gourde. Charis continuait à la regarder bien en face, ignorant son geste. L'autre continua. Affirma qu'elle ne devait aps rester ainsi dans le froid. Là, le visage impassible de la jeune femme fit naître un sourire avec une illusion d'ironie.
Mais elle resta silencieuse.
Alatàriel lança de la viande sanguinolante à ses trois goules. Le visage de Charis prit un court instant une illusion de dégout. Si court qu'Alatàriel, occupée à nourir ces monstrueuses bestioles ne le vit pas.
Enfin la jeune femme entrouvrit les lèvres.

" - Merci pour la gourde, mais je n'ai pas soif. Merci pour les conseils, mais ils m'importent peu. Le froid n'est..."

*Qu'une illusion...*
Elle ne finit pas sa phrase. Sa voix claire, douce s'éteignit doucement vers la fin. Aucun intérêt. Ele n'avait pas froid, c'était vraiment tout ce qui importait.
Elle sentit quelque chose tirer sa robe. Une goule. Charis fronça les sourcils.

" - Lâche ça ! "

D'un geste bref, elle dégagea sa robe de l'emprise de l'animal et Alatàriel rappella la goule. Charis s'approcha, pas une seule crainte ne se lisait sur son visage pâle. Un tonnerre claqua au loin. Elle sentit la présence humide d'une goutte de pluie sur son nez. Il pleuvait. Alatàriel devait se plaire. Charis, elle attendait la fin. Quelle plus belle illusion de l'arc-en-ciel ?
Revenir en haut Aller en bas
Alatáriël Telrúnya
Espionne, empoisonneuse et dame de ciompagnie de Siawn Hy /Nymphe de la Foudre
Alatáriël Telrúnya

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 25/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeVen 1 Juin - 17:25

Alàtariël ne se méprit pas du silence de Charis, elle n'avait pas même écouté ses quelques paroles, trop occupée à pointer un nez trop long vers le ciel pour laisser la pluie rafraichir ses joues. La Nymphe d'Illusion ne captait plus maintenant son attention. L'air ne comportait pas d'électricité. La Telrùnya rechargerait son coeur plus tard.
Mettant sa main en visière, elle aperçu une fumée de cheminée au loin. Tatsun... Il valait mieux ignorer cette chose et continuer sa route pour gagner le premier village. Il y aurait bien de quoi crécher !

-Auriez-vous vu passer ici une femme rousse à l'allure guerrière qui apparement porterait des marques récentes de combats ?

La question de la Bergère était directement posée à Charis. Cette dernière ne bougeait pas. Chacun menait bien la vie qu'il lui plaisait et Alàtariël s'en moquait bien. Une seule chose occupait maintenant l'esprit de la Dame, trouver cette maudite Deirdre et en faire un membre de son troupeau. Ses yeux se plissèrent sur un renard qui courait au loin, de suite coursé par l'une des goules qui avait fini son bout d'os.
Il n'était pas bon de laisser courrir une telle femme hors des terres de Prydain. Elle était tel le chaos qui ne mesurait pas sa force. A l'allure de l'appétit de ses "compagnons", la Bergère détruirait bientôt la totalité de la faune de la forêt. Heursement pour ces derniers, elle ne s'y attarderait aucunement.
La Telrùnya descendit de sa monture, attirée par une anomalie qui sembla fortement l'interesser. En effet, du sang avait tâché un gros rocher de granit. Il n'y en avait pas tant, mais assez pour animer le doute dans son esprit. Son oeil unique se porta sur Charis qui n'avait toujours pas bougé. Si la Nymphe des Illusions était ici depuis longtemps il n'y avait pas de doute qu'elle ait croisé la maudite sorcière...

-Avez-vous le loisir de vous trouver dans ce lieu depuis longtemps ?

"Loisir" n'était pas le mot adéquat, mais chacuna vait bien sa vision des choses. Le sang avait bien coagulé en partie. Soit Deirdre était partie depuis un moment soit...
relevant la tête, Alàtariël regarda en direction de l'auberge. Non. Elle ne devait pas avoir dans sa bourse assez pour se payer de quoi se réchauffer chez ce bougre. Si elle ne payait pas, la salamandre la ferait partir en fumée. cette option serait très arrangeante mais la vie était malheureusement bien plus complexe.
Se tournant vers Charis, la Dame de la Foudre attendit avec peu d'espoir une réponse concrète.
Revenir en haut Aller en bas
Charis
Banfàith/Nymphe d'Illusion
Charis

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeSam 2 Juin - 16:02

Manifestement les histoires du beau temps et de la pluie intéressait davantage la dame de compagnie de Siawn Hy que la petite nymphe de l'Illusion immobile dans le vent. Charis ne pouvait s'empêcher de lui trouver une ressemblance équivoque avec les chiens. En effet, elle semblait traquer une piste comme un petit chiot qui cherche le baton que son maître a lancé. L'image ne convient peut être pas tout à fait la Alatàriel, car, Charis y convenait facilement : le bâton était tout à fait important. Evidemment, si, dans la relation chien-maître, le bâton importe peu au maître, la jeune banfàith ne se faisait pas d'illusion : le bâton intéressait drôlement Siawn Hy ! L'esprit tortueux de le demoiselle ne pouvait s'empêcher de se demander qui ou qu'eest-ce que la jeune femme cherchait avec autant de ferveur. Elle n'eut pas à attendre pour avoir une partie de la réponse. La Telrùnya lui demanda si elle avait vu passer une femme rousse.

Elle semblait s'intéresser drôlement au sang qui avait séché sur un rocher de granit. Décidemment, qu'avait le monde pour se mettre en quête de chose si terrible ? Des doutes fondés sur du sang, la recherche d'une femme rousse, des goules, des cadavres.... N'y avait il aucune place pour la musique ? Elle soupira.

"- Ce n'est pas le sgens roux qui manquent. Je suis ici depuis un certain temps. Désolée de ne pouvoir vous en dire plus, mais nous n'avons pas encore inventé les montres. "

Elle se tut un court instant. L'absence de cette invention était bien dommage. Et puis finalement non. Si Charis détestait bien une chose, c'est qu'on lui demande d'aider soit le policier soit le voleur. Et la neutralité ? Ca existe ? Hum, hélas, dans une guerre, ça existe rarement... ou ça finit sur l'échafaud.

"- Le soleil était à son couchant que je suis venue. Mais je ne suis pas une statue, alors évidemment, j'ai quand même bougé."

Le ton de Charis avait pris des teintes froides. Elle n'aimait pas qu'on se moque d'elle. Depuis le début, Alatàriel avait eu en tête de lui demander cela. Elle se moquait complètement de savoir si la jeune femme avait froid ou non. Et ses goules n'étaient là que pour impressionner la jeune banfàith ? Charis y croyait amèrement.

"- Qui cherchez vous ? Peut être son nom dennora à ma mémoire des indications qui pourraient s'avérer précieuses à votre égard ? "

C'était presque sussurré. Terriblement curieuse, elle voulait savoir qui était le bâton. Qui était cette femme rousse. Et surtout, pourquoi Meldron et Siawn la cherchaient tant... Charis avança vers la guerrière. Un goule alla lui renifler le bas de la robe. D'un coup sec, elle donne un coup à la... chose. Qui se décida de courir derrière le renard avec les autres goules. Charis ne put s'empêcher de les trouver ri-di-cu-le.
Revenir en haut Aller en bas
Alatáriël Telrúnya
Espionne, empoisonneuse et dame de ciompagnie de Siawn Hy /Nymphe de la Foudre
Alatáriël Telrúnya

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 25/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeDim 3 Juin - 20:42

La curiosité de l'Illusionniste éveillèrent une méfiance toute particulière chez Alàtariël qui préféra ne pas continuer son récit. Qurprise de voir bouger Charis, elle eut même un sentiment de recul et planta son bâton au sol. La femme devait savoir bien plus qu'elle ne le disait et trop de renseignement pouvait causer la perte de la Louve de Siawn.
La Telrùnya siffla sa monture qui s'était éloignée de quelques pas en espérant lui aussi pouvoir chasser. La Bête grogna de déception avant de faire machine arrière pour rejoindre sa maîtresse.

-Les "montres" ? Ma foi ! Jamais entendu parler de ces objets, mais si nous pouvons nous en passer c'est bien qu'au fond ce n'est pas aussi utile que ça, hein ?

Après un ricanement aigu ressemblant étrangement à celui d'une hyène, la nymphe de la foudre reprit place sur la Bête et garda cette dernière à l'arrêt, le temps de dévisager avec attention la mine de Charis. Il ne fallait aucunement qu'elle publie ce visage car qui sait au hasard des routes ce que nous pouvons rencontrer. Elle se souvint soudain que quelques mois auparavant elle avait fait la curieuse rencontre d'une nymphe du vent, un être immense et mince qui semblait d'un âge fort avancé. Il était au fond comme la jeune femme dans le froid... Etais-ce dû à la race ? Le Vent et l'Illusion se ressemblaient, fluides et invisibles autant l'un que l'autre... Mais Alàtariël ne ressentait pas exactement l'élément de Charis. Au fond, quelle importance ?

-Je cherche une Ombre.

Sur ces dernières paroles, la bergère hurla un mot incompréhensible à sa monture qui partit à une vitesse vertigineuse, soulevant à son passage des quantités de boue surprenantes. La Telrùnya se posait des centaines de questions. Il lui fallait se rendre à Athà. Avec un peu de chance il y aurait là-bas de la nourriture, de l'eau et un toît.
La horde de loups tourna plusieurs fois puis traqua une autre proie de l'autre côté des bois, laissant tranquille Charis qui se retrouva seule...
Peut-être trouverait-elle un agréable refuge dans l'auberge de Tatsun ?

[Partie !]
Revenir en haut Aller en bas
Àlëthièl

Àlëthièl

Nombre de messages : 13
Age : 27
Localisation : J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.
Date d'inscription : 30/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeDim 10 Juin - 22:54

[Limounette, je peux m'incruster? T'avais dit que tu voulais faire un topic avec moi non?]

La tête du loup heurta le sol avec bruit. Les autres loups reculèrent, apeurés. Qui était ce bipède qui avait décapité avec tant de facilité leur chef de troupe. Un loup aussi? Ils n'étaient pas si loin de la vérité. Celui qui venait d'ôter la vie au meneur de la meute n'était autre qu'un membre de la Horde des Loups. Il essuya sa faux en alliage d'argent et d'autres métaux sur la fourrure du cadavre de l'animal avec nonchalance. A vrai dire, non, avec jubilation. Ça faisait quelques heures qu'il n'avait pas tué et il était en manque. Tuer un animal avait eu le mérite de le calmer un peu. Mais pas beaucoup.

Àlëthièl releva soudainement la tête et huma l'air comme un loup. Un sourire se dessina sur ses lèvres exsangues. Il y avait présence humaine. Les loups hurlèrent leur tristesse d'avoir perdu un chef et leur loyauté envers le nouveau chef. Le nymphe ricana. Il n'avait pas besoin d'une meute de loups sous ses ordres en permanence. Mais il avait l'intention de s'amuser un peu. D'autant qu'il avait reconnu l'odeur de deux femmes, deux nymphes, comme lui. L'une d'entre elle étant Alatáriël. Il ne la portait pas dans son coeur celle-là, mais c'était réciproque. Depuis les 3 années qu'ils se connaissaient ils n'avaient eu que de courtes discussions, polies, mais froides.

D'un geste de la main, il enjoignit au plus grand des loups restants de s'approcher de lui. L'animal obéit, déjà sous la domination du nouveau chef de meute. D'un geste calme, Àlëthièl caressa le poil de l'animal. Puis d'un mouvement habile de tout le corps, il se jucha sur l'animal, la faux en travers du dos. Le loup comprit immédiatement les désirs de son nouveau maître et se dirigea vers les deux nymphes, suivi du reste de la troupe.

En quelques bonds, le puissant animal avait rejoint la route, et il y progressait avec facilité, ses muscles lui permettant de se mouvoir avec une grâce semblable à celle d'Àlëthièl lui-même. Arrivés à quelques mètres des deux femmes, le jeune nymphe ordonna à la créature de s'arrêter. Il sauta avec légèreté du puissant dos et s'approcha des deux silhouettes. Il reconnut rapidement Alatáriël à sa stature plus imposante que celle de l'inconnue, une jeune femme plus frêle. Très mignonne. Quel goût pouvait avoir son sang? A quoi ressemblerait-elle décapitée? Préoccupé par des questions du même acabit, le membre de la Horde des Loups s'approcha, une légère illusion de sourire sur ses lèvres exsangues...


« Bonjour mesdemoiselles... »

Cependant, sans le voir, concentrée sur une autre tâche, la Nymphe de Foudre était déjà repartie, ses vêtemens flottant derrière elle, comme des voiles où le vent s'engouffrait... Le Nymphe de Métal posa son regard sur l'inconnue... On pouvait y lire une certaine curiosité...
Revenir en haut Aller en bas
Charis
Banfàith/Nymphe d'Illusion
Charis

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeLun 25 Juin - 19:17

Charis regarda la jeune femme partir. Il n'y avait que des fous ici ? Elle s'étonnait bien de cela. Charis, mot venant du grec "Karité" ou -non pas le beurre de karité, non - la charité. Elle se voyait si différente des autres. Dans un autre monde ? SON monde. Celui où les rêves sont réels et les guerres virtuelles ? Tout n'est il donc qu'une immense illusion ? Non... le monde est cruel. Bien vrai. Charis le comprend peu à peu que sa vie défile. Seule la liberté est une illusion. La plus belle qui soit.

- La liberté est la mort ou non ?

Elle plaqua soudain sa main sur ses lèvres. Elle avait parlé à voix haute ! Le sujet n'était pas des plus accueillants. La jeune nymphe perdue regarda autour d'elle. Oh ? Quelqu'un... Mais il était loin. Elle soupira. Personne ne l'avait entendue. Bien heureusement. Elle dévisagea le jeune homme. Tiens, ne l'avait elle vu au château de Siawn ? Hum, il devait faire partie de la Horde des Loups. Intérieurement, elle plaignait ces pauvres bêtes d'être sujettes à un noms si odieux, et maître de cruauté...
Le jeune homme se fendit en politesse. Peu habituée à tant de manière, la jolie et enfantine petite nymphe se mordit la lèvre. Cependant, un détails la frappa.

- MESdemoiselles ?

Y avait il d'autres personnes ?


- Oh je vois ! Vous voulez parler à la nymphe de foudre qui vient de partir ? Elle m'a quittée en un éclair, je doute que vous ne la rattrapiez. A moins de courir vite.

Même si cela paraît curieux, les propos simples de charis étaient tout à fait fondés, et réfléchis. Elle est loin d'être imbéciel, sinon, depuis longtemps déjà, elle serait morte.
Elle était juste dépacée, peut être parallèle tout simplement. Vivait elle ailleurs ?Dans ses rêves de gamine ? Possible... après tout, peut êter rêvait elle secrètement au prince charmant...

- Vous êtes un membre de la horde des loups ?

Elle avait lâché ça sans sentiment.
C'était plat.
Pour parler.
Sinon elle serait déjà repartie dans ses rêves...
Revenir en haut Aller en bas
Àlëthièl

Àlëthièl

Nombre de messages : 13
Age : 27
Localisation : J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.
Date d'inscription : 30/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeJeu 12 Juil - 3:44

Àlëthièl rit légèrement. Elle était marrante celle-là. Complètement à l'ouest. Cela faisait un quart de seconde que la Nymphe de la Foudre était partie et elle ne s'en souvenait déjà plus. Vraiment douée... Le jeune nymphe lécha ses dents acérées avec gourmandise. Avait-elle bon goût? Allait-il lui couper d'abord la tête ou ne lui faire qu'une petite plaie?

« Vous êtes un membres de la Horde des Loups? »

Le jeune homme haussa les épaules. Ses cheveux ondulèrent dans la légère brise qui agitait les feuilles du bois.


« Oui. Mais peu importe. »

Puis il décida soudain de ne pas la tuer tout de suite. Elle était très mignonne. Peut-être arriverait-il à la séduire, même si ce n'était pas vraiment son truc.

« Quel est votre nom? Je suis pour ma part Àlëthièl, membre de la Horde des Loups comme vous l'avez si bien deviné. »

Il s'approcha de la jeune fille et posa une main froide sur son épaule. Elle était chaude elle. Tiède plutôt. Une envie de meurtre crût en un instant en Àlëthièl, mais il la réfréna rapidement. Bien que ce soit dur.

Sa main se crispa sur l'épaule de la jeune fille. L'envie était trop fort! Il fallait ou la tuer ou faire autre chose.
Il choisit de faire autre chose.
Il la saisit par la taille et l'embrassa. Ses lèvres étaient froides.
Les siennes aussi d'ailleurs.

L'envie de meurtre disparut, remplacée par un sentiment qui n'avait auparavant jamais habité le Nymphe de Métal. Le désir.

Il la repoussa cependant brusquement, interrompant le baiser, et rougit, chose étrange pour un être aussi froid en temps normal...


[Désolée du post merdique -_-" C'était ça ou rien ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Charis
Banfàith/Nymphe d'Illusion
Charis

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 26/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeLun 3 Sep - 19:45

[j'apprécie le "complètement à l'ouest" XD]

Devait elle lui dire son nom ? Etait ce bien prudent ? La réponse était "non", évidemment, mais qu'importait pour cet homme le nom d'une nymphe d'Illusion complètement à côté de la plaque ? Et encore, il lui arrivait parfois de rater même le côté de la plaque et d'attérir encore plus loin. Charis était un nom d'une banalité étonnante, grec d'origine, sans aucun intérêt pour le jeune homme. Mais s'il lui était si peu important, pourquoi le lui avait il demandé ? La jeune fille se mordit la lèvre avant de répondre sans hésitation.


"Lucia. Je m'appelle Lucia. Je ne suis rien de particulier."

Elle eut un sourire étrange. Le jeune homme avança et posa sa main sur son épaule. La jeune nymphe ne put réprimer un frisson. La peau du nymphe de métal était glaciale, elle pouvait la sentir malgré ses vêtements. Non ! Ne pense pas cela. ce n'est qu'une illusion ! Sa peut paraît froide. Rien de plus. Ou il était atteint du Syndrome de Raynaud, mais ça, en principe, elle n'était pas censée le savoir. Puisque ledit syndrome est censé être découvert dans un siècle ultérieur.

La main d'Àlëthiel se crispa sur l'épaule de la nymphe qui le regarda calmement.


"Qu'avez vous ?"


Il ne lui répondit pas, mais juste après qu'elle ait posé cette question, il s'approcha de son visage. Elle n'eut pas le temps de l'éviter, il l'embrassa. Ses lèvres étaient froide. Il devait être malade ! Charis frissonna à nouveau en sentant la main du nymphe de métal sur sa taille. Elle avait envie de se dégager ce n'étaient pas des manières ! Mais il la repoussa avant qu'elle ne bouge.

"Ce n'est pas des manières ! Pourquoi m'avez vous embrassée ?"

Oh mais si ce n'était qu'une illusion ? La colère de la jeune fille passa.

"Dites, vous êtes malade ? Votre peau est froide."
Revenir en haut Aller en bas
Àlëthièl

Àlëthièl

Nombre de messages : 13
Age : 27
Localisation : J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.
Date d'inscription : 30/05/2007

Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitimeMer 19 Sep - 23:00

Elle avait souri après avoir dit son prénom. Un sourire particulier. Un peu comme si elle goûtait une nouvelle saveur. La saveur du mensonge. Mais peu importait au Nymphe de Métal. Il l'avait embrassée. Et à présent elle lui parlait avec sécheresse. Comme si il n'aurait pas du faire ça. Aurait-il du?

"Ce n'est pas des manières ! Pourquoi m'avez vous embrassée ?"

Mais décidément elle devait le surprendre. Elle changea du tout au tout en une fraction de seconde. Sans se rendre compte qu'Alethiel aussi revenait à son idée de départ. Tuer. Une rage sourde pulsait dans tout son corps, sans qu'il sache pourquoi.

"Dites, vous êtes malade ? Votre peau est froide."

Ce fut comme une douche froide. Enfin non, plutôt chaude dans ce cas-là. Et elle doucha ses intentions belliqueuses. Qui s'était soucié de sa santé jusque-là? Personne! Qui l'avait regardé avec ce genre de regard jusque-là? Personne! Ce qui créa un nouveau sentiment en Aleth. La gratitude. Et comme il était heureux qu'elle soit comme ça avec lui, il décida de lui faire un faveur. La tuer sans la faire souffrir. Ou juste la goûter.


« Je ne suis pas malade. Ma peau est toujours froide. Et ne me vouvoie pas. »

Puis il se saisit de sa faux et fit un large geste. La pointe toucha la joue de de Lucia. Une estafilade sanglante se dessina sur le visage lisse. Une couleur écarlate sur le visage blanc. Et soudain Àlëthièl s'en voulut. Il avait brisé une telle beauté. Il aurait pu la laisser comme elle était avant de la tuer. Elle serait restée immaculée. D'un autre côté cette petite marque était justement un élément embellificateur. Une souillure magnifique.

A nouveau il la saisit par la taille. A vrai dire, non. Il la poussa contre un tronc d'arbre et lui maintint les deux bras. Et lécha la larme de sang qui avait perlé à sa joue. Puis il lécha ses lèvres qui avaient un goût étrangement salé. Il lâcha une de ses mains et lui caressa les cheveux avec douceur.

Le sang recommença à couler. A nouveau il passa sa langue sur la marque sanguinolente. En douceur.


« Tu bois de l'eau de mer? Ou tes lèvres sont naturellement salées? »

Il passa un doigt sur la cicatrice. Un doigt si froid que le sang en oublia de couler. Il se figea sous la peau, cessant l'hémorragie. La cicatrice était presque invisible.

Et soudain, poussant un grand cri d'énervement, Àlëthièl coupa la tête à un oiseau qui s'était posé sur une branche voisine.


« Explique-moi! Explique-moi pourquoi je n'arrive pas à te tuer. Je n'arrive même pas à avoir envie de te tuer. »

Il lécha ses lèvres.

« Pourtant ton sang a bon goût. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Orée de la forêt... douce  mélancolie... Empty
MessageSujet: Re: Orée de la forêt... douce mélancolie...   Orée de la forêt... douce  mélancolie... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Orée de la forêt... douce mélancolie...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Douce Missive... [Shaelyss]
» La nuit est si douce en Assar | Pierrick
» Chabrol est décédé.
» Potage aux chicons à la bel'che
» Sylvana- Desirs obscurs dans une douce Rêverie [Duchesse d'Eteniril]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ Les Royaumes d'Albion ¤ :: Ville de Tara :: Forêt de Sylverand-
Sauter vers: